10000Visions

10, 000 Chroniques de Disques, Lives & autres.

Vendredi 20 avril 2012 à 1:35

http://10000visions.cowblog.fr/images/Roadburn2012ArtworkbyMichelAwayLangevin2.jpg http://10000visions.cowblog.fr/images/Afterburner2012.jpg

Par Brieuc
Même si elle est unique, cette journée au Roadburn à l'occasion de l'Afterburner reste pour moi un pur moment de légende. Pour rappel, ce festival se tient dans le complexe du 013 à Tilburg en Hollande et tend à faire les choses différemment. Quatre jours pour voir en live des dizaines d'artistes Doom/Stoner/Sludge/Drone/Psyché/Black/Thrash et avant gardistes en général. L'occasion d'admirer dans un format salle les groupes les plus rares et de voir des performances légendaires que sont des disques joués dans leur intégralité ou des sets ne finissant plus. Légèrement moins riche que l'édition 2011 (parrainée par Sunn O))), c'est dire), c'est Voivod qui incarnait l'artiste associé, donnant une programmation encore plus éclectique que d'habitude avec leur journée Au delà du Réel. Cependant les classiques n'en étaient pas moins négligés, avec les shows de Sleep, Om, Church of Misery, Dopethrone... tout au long, et j'en passe. Et ce line-up du dimanche était juste parfait.
http://10000visions.cowblog.fr/images/Drapeaux2-copie-1.jpg http://10000visions.cowblog.fr/images/013.jpg
Enfin bref, ici ça sent le bière, l'herbe et le burger, un côté festival Metöl dominant mais une ambiance qui l'est moins. Ça déconne moins et c'est un peu plus sérieux et relax que le Hellfest (en gros). Mais en tout cas la population est cool (et écoute de la bonne musique, ça va de soit) et on sait pourquoi le festival fait un sold-out en 7 min pour 2500 places au prix assez coûteux. Le Roadburn est un événement de luxe mais qu'on peut pas regretter, on en voit des rarement des aussi faciles d'accès et agréables. On a donc deux salles (La Het Patronaat, l'église constituant une autre salle, est fermée), et on navigue entre les deux tranquillement pour être sûr d'avoir une excellente place alors que le concert vient de commencer, même si la Green Room est plus étroite.

http://10000visions.cowblog.fr/images/MFDJC.jpgOn commence en beauté (Attention cet article contient de nombreux éléments épidictiques, à vous de savoir quelle valeur est prônée !) avec The Mount Fuji Doomjazz Corporation. L'alter-ego très réent (ou la suite, j'en sais rien) de The Kilimandjaro Darkjazz Ensemble, qui était présent l'année précédente. Outre les noms à rallonge, la formation Hollandaise va vers le Drone Doom et le Jazz pour livrer un truc au final très dérangeant mais ô combien planant. Une oeuvre ambient/noise d'une heure sans interruption du nom d'Antrhopomorphic enregistrée en 2011(référence à Lewis Caroll ?) sera développée devant les festivaliers. S'ils ne se font pas chier, ils peuvent être sensible à la bruitiste fusion entre le bourdonnement et la finesse respectifs aux genres qu'ils allient. L'oppressante ambiance appuyée par le sequencer de Jason Kohnen qui donne le Beat, tandis que le son pachydermique sort du trombone d'Hilary Jeffrey, étiré vers l'aigü par le strident frottement des cordes du violoncelle de Nina Hitz. La stéréo fait son effet sur certains moments pour nous déstabiliser complètement.
 
http://10000visions.cowblog.fr/images/MFDJC9.jpg http://10000visions.cowblog.fr/images/MFDJC5.jpg
 
Encore plus convaincant que la musique à mon goût, on a le droit à un concept vidéo d'exception animé en noir et blanc. Tout simplement indescriptible, complètement barré et absurde. Un mélange entre les animations de Bob Orilee (le culte Doo Doo Caca) et les fondateurs du cinéma surréaliste des années 1920 comme Fernand Léger (Ballet Mécanique) ou Marcel Duchamp (Anemic Cinema). Ces derniers pouvant être vraiment des références pour ces gens-là, puisque le guitariste Eelco Bosman et le bassiste Jason Kohnen ont démarré par faire des bandes originales pour des vieux films muets. Après quelques recherches, ce travail semblerait se rapprocher de l'oeuvre de Jan Svanjmaker On peut y déceler les inventions d'un petit bonhomme génie vêtu façon XIXe et qui expérimente des choses foutraques avec des visages connus, des femmes et machines en tout genre. Ce concept original qui se développe pendant l'intégralité du concert, fait un parallèle avec le groupe, c'est à dire tendre à la fois vers le pur délire de défoncé et l'intelligence expérimentale, subtile et avant-gardiste. Totalement emporté...

http://10000visions.cowblog.fr/images/roadburn2012tmfdjc.jpg http://10000visions.cowblog.fr/images/ElectricOrangeAffiche.jpg

http://10000visions.cowblog.fr/images/ElectricOrange4-copie-1.jpgOn passe à la détente devant Electric Orange, ce combo allemand est en train de jouer un set hallucinant d'une heure et demie pur psychédélique/Krautrock bordélique comme on l'aime qui fait honneur à Can ou Amon Düll II, afin de fêter leur 20e anniversaire sur les planches. Formation trop peu connue, comme ses collèges Vibravoid ou Electric Moon, elle écume pourtant les soirées Psyché de Belgique et d'Allemagne avec un bagage discographique très conséquent, comportant de longues compos, jams et impros aériens qui partent dans le cosmos lointain sans jamais redescendre. Elles sont souvent terminées par une touche de chant un peu foiré à cause de problème de son durant le concert. Celui-ci ne se dispense pas pour autant d'expérimentation totalement réussies, de curiosités scéniques (une mini-télé surveillance avec des guirlandes, une poupée, un mannequin avec un collant sur le crâne etc..) et d'un concept vidéo un peu déconcertant puisqu'on passe d'hippocampes à des images d'archives de vieux évènements hippies. Les musiciens sont à fond, en particulier le chanteur/guitariste Dirck Bittner (et tapoteur de congas à mi-temps) ainsi que Georg Munheim qui tape comme un dingue sur sa batterie comme tout bon psych drummer. Sans omettre le matériel vintage de Dirk Jan Müller (Hammond, Mellotron, Minimoog et consorts). Tout ces éléments parviennent à donner une classe très vintage au son et au visuel de leur show, bien que marginal, en tout cas il conquit totalement le public, qui n'a pas hésité à sortir en lousedé leurs pipes durant le show. On se croirait perdus à la fin des 60's, trop bon !

http://10000visions.cowblog.fr/images/ElectricOrange9.jpg http://10000visions.cowblog.fr/images/ElectricOrange7.jpg

http://10000visions.cowblog.fr/images/InternalVoid-copie-2.jpg
On saute un peu d'époque et on lorgne plus vers un bon vieux Sabbath jusqu'aux fondateurs du Doom/Heavy traditionnel des 80's. Formé dans les mêmes années qu'un Saint Vitus ou Cathedral, Internal Void n'a pourtant pas connu la même notoriété que ses influences. Pourtant c'est propre en live (avec un chanteur à part entière, J.D Williams, qui n'était pas sur scène à 50% du set pour aller boire derrière les amplis). En fait, Internal Void a toutes les qualités requises pour faire un bon groupe de Doom, la seule chose qui manquait était peut-être une ambiance développée par leur musique une heure durant, pas assez sombre pour être convaincante sur certains moments. Au final la balance de la crédibilité a penché vers les passages Heavy/Hard plus entraînants que les grandes phrases déclamées par un chanteur au tambourin entre le sérieux et l'instable. C'est ce qui, en tout cas, a mis d'accord un public qui ne comportait pas de « gros » fans (que  les Doomeux n'y voient pas de la provocation) pour un groupe un peu oublié, qui avait sorti en 1992 Standing on the Sun vraiment savoureux enregistré par la formation originale qui est en train de jouer devant nous.
 
http://10000visions.cowblog.fr/images/InternalVoid-copie-1.jpg http://10000visions.cowblog.fr/images/BongripperplayingSatanWorshippingDoom.jpg

On comprend peut-être mieux la dure tâche d'Internal Void pour chauffer la Mainstage lorsqu'on voit arriver les quatre jeunots de Bongripper qui s'apprêtent à livrer leur deuxième set du festival. Après un concert au Het Patronaat, ce n'est ni plus ni moins que l'intégralité du géniaaaaallissime Satan Worshipping Doom de 2010 qui sera joué devant nous par les types de Chicago. Sa pochette dépliée en deux dorant la magnifique scène. Une prouesse jouissive, une œuvre instrumentale qui mêle habilement Stoner/Doom/Sludge dans un délire Noise/Drone qui donne un magnifique massacre passionné et ininterrompu d'une heure entière séparé en quatre parties. Hail démarre la performance dans son introduction infernale où les guitaristes nous balancent leur instruments vers le mur d'amplis. Car non content d'avoir une œuvre de 53 minute, le groupe ne va pas hésiter à pourfendre le carnage en étirant les transitions expérimentales pour en arriver à une heure de set.

http://10000visions.cowblog.fr/images/Bongripper4.jpg http://10000visions.cowblog.fr/images/Bongripper12.jpg
 
La meilleure partie de cette prestation envoûtante sera de loin le fameux Satan qui reste LE morceau qui m'a conquis sur ce dense recueil bruitiste, partant du Black dans les trois premières minutes vers le Stoner cradingue et consonances mais malheureusement touché par le pazuzu sur la 4e minute puisqu'un mini-problème de pédale d'un des guitaristes va perturber une superbe transition. Possédés par leur déluge de décibels, le groupe enchaîne riffs répétés sur riffs incroyables saupoudrés des pires larsens de votre existence sans oublier de nous laisser prendre notre pied sur des moments qu'on avait déjà maintes fois apprécié en studio. C'est là époustouflant d'entendre en live un tel bordel joué à la note près et comme m'a avoué un sympathique suédois posté à côté de bibi au premier rang, il faut vraiment apprécier ce groupe pour pouvoir rester tout le concert. Et c'est clair que si on ne rentre pas dans le truc, ça peut être le pire des supplices pour un spectateur. J'en reste pas moins subjugué, une véritable claque qui s'achèvera sur un Doom de toute beauté, après un Worship dont le solo final foutait des frissons parmis cette nappe de bruit. Il va falloir attendre que les lumières se rallument pour que les amplis soient coupés de leurs interminables boucles noise incessantes, et quelques années pour se remettre d'une performance intense aussi géniale qu'apocalyptique

Setlist :
Hail
Doom
Worship
Satan

Voir des vidéos du Set

http://10000visions.cowblog.fr/images/BongripperPro.jpg http://10000visions.cowblog.fr/images/MikeScheidtPro.jpg

« We're gonna perform the record Catharsis, it's the first time since about... three years » tout est dit par Mike Scheidt après avoir introduit par le début d'Aeons, la prestation que j'attends le plus quand bien même je ne pensais pas y assister. Avant-hier c'était The Unreal Never Lived mais Catharsis est pour moi le meilleur disque de YOB. En déplaise certains, c'est un des skeuds que j'ai le plus écouté dernièrement et l'afterburner sera une rareté (voire même une occasion unique) d'écouter en live cette oeuvre. Inutile de présenter les morceaux, j'ai chroniqué le disque ici. Le trio d'Eugene n'ennuie absolument personne alors que cette première piste est vraiment répétitive, elle prend toute sa puissance lorsque Mike bascule vers la distorsion qui transperce le public et nous permet de voir que les deux membres qui accompagnent le leader permanent de YOB sont vraiment excellents. Je parle de Travis Foster et Aaron Reiseberg à la fois concentrés, enthousiastes et subtils. Mike est un homme d'exception, à la fois méditant sa musique, énergique et buvant son pinard en remerciant le public entre chaque morceau de manière très sincère.

http://10000visions.cowblog.fr/images/YOB12.jpg http://10000visions.cowblog.fr/images/YOB11.jpg
La pièce phare de 23 minutes va faire voyager l'intégralité du public, tout le monde sans exception semble saisi par leur musique en devenant ainsi eux-mêmes les spectateurs de la catastrophe scénique que Aristote avait inventé. Catharsis laissera des séquelles notamment vers la fin qui part dans tous les sens. Entre temps on a eu le droit à l'interlude Ether, mon morceau de prédilection du combo, jamais joué en live. Première performance époustouflante de ce morceau, donc, qui fait un grand effet sur le public qui a voté Sleep et YOB comme les meilleurs concerts du week end. Il reste naturellement du temps de jeu, le groupe sort donc la superbe rentre-dedans Upon the Sight of the Other Shore extrait de leur dernier album en date Atma (2011)malheureusement pas aussi profonde que le précédent morceau. J'aurais largement préféré entendre Adrift in the Ocean, du même album, qui a clôturé leur premier set, deux jours avant. Mais de quoi se plaint-on, cette prestation, unique, a propulsé le trio comme un de mes groupes favoris. Parce que plus qu'un show, je trouve qu'il y a une sincère communication spirituelle entre le public et le groupe, de quoi méditer ce son cosmique. Il me tarde de reprendre ma claque sous un autre set à Clisson !
Setlist
1. Aeons
2. Ether
3. Catharsis
4. Upon the Sight of the Other

Voir des Vidéos du Set
 

http://10000visions.cowblog.fr/images/YOBplayingCarthasis.jpg http://10000visions.cowblog.fr/images/DraggedintoSunlightAffiche.jpg

Que sait-on vraiment de Dragged Into Sunlight ? Un sludge blackeux des plus violents que je connaisse, les Anal Nathrakh du Sludge formés à Liverpool en 2006. En fait je saurais pas poser d'étiquette sur musique de ces cinq hooligans cagoulés, à part si un style se nommait Violence Metal, je sais pas. Artwork malsain (signé par le controversé Mike Diana) et amour de l'humain (Hatred For Mankind, premier album sorti en 2011) sont leurs qualités. La Green Room est bondée, si bien que je pourrais pas rester voir leur prestation plus de 10 minutes, le temps d'un de leurs morceaux hurlé, suffocants et emprunts d'une folie indescriptible. Ça me laissera quand même le temps de voir … j'ai dis voir? Ah bah non désolé, le groupe joue de dos dans une salle noire, avec des légers effets stroboscopiques toutes les trente secondes. On pourrait dire que c'est débile, mais honnêtement, visuellement parlant ça en jette. Le show en devient encore plus malsain et fatiguant. Niveau musical, son effet rouleau-compresseur et ses aïgus qui dérange et perce les tympans, marche encore mieux en live. Un espèce de vomissement d'épais décibels métalliques prônant la haine et les choses extrêmes, bref des valeurs ancrées dans le programme de Christine Boutin (voilà voilà)

http://10000visions.cowblog.fr/images/vlcsnap2012041923h09m18s44.png http://10000visions.cowblog.fr/images/CoronerPro.jpg
 

Ron Royce (Chant, Basse), Tommy T. Baron (Gratte) et Marky Edelmann arrivent sur une mainstage bien chauffée avec pour fond un dialogue cinématographique enfumé avant de lancer juste le début de Golden Cashmere Sleeper. Accompagnés par un intermittent très concentré qui en plus de faire les chœurs, va saupoudrer de samples sur leur musique afin de lui donner encore plus de charme. On ne présente les seigneurs Suisses du Thrash 80's Coroner qui ont parfaitement leur place sur la programmation tant la classe incarnée de leur trio a réussi à traverser les années malgré 15 ans d'absence. Un certain choix cornélien m'avait amené à manquer leur prestation remarquable au hellfest dernier au profit d'un autre légendaire combo nommé Bad Brains. Le set d'une heure et demie que je m'apprête à reçevoir aurait peut-être changé la donne à l'époque vu l'intensité de leurs prestations comparé à un H.R endormi par le joint et le jah. Enfin bon, une douzaine de titres balancés sans relâche, et sans perdre le rythme et l'attention du public. A la fois technique, classieux et plein de jazz, prog et groove quasi-dansant lorsque la basse/guitare insiste bien sur l'espace entre les notes pendant que la batterie continue (rappelant presque le meilleur de Carcass ou un bon Primus pour faire large). Des titres comme Serpent Moves ou Semtex Revolution, de leur bon Mental Vortex (1991) m'ont tué. Et puis cette guitare qui prend aux tripes lorsqu'elle s'y met sérieusement... Coroner fait justice aux trois instruments, jusqu'à les faire galérer au plus haut point (Ron semblait un peu dans le mal sur certains moments et l'assumait complètement).

http://10000visions.cowblog.fr/images/Coroner7.jpg http://10000visions.cowblog.fr/images/Coroner15.jpg

Le set s'enfile tous les albums de leur courte carrière sans exception. En partant de la fin par un petit Internal Conflitcs tiré de leur dernier disque Grin (1993) en terminant par le culte Reborn Through Hate au rappel, extrait de leur premier, R.I.P de 1987.Autant profiter de leur superbe discographie puisque cette reformation sera uniquement sur les planches et non en studio ! La vidéo change d'image à chaque morceau pour mieux illustrer le concept sobre (mais pas morbidomaniaque !) des gars vêtus de t-shirt noirs uniformes, que l'artwork a toujours réussi à exprimer. Elle arrivera même à donner une certaine forme planante grâce à des effets hypnotiques à un petit break expérimental que la formation s'est faite vers la fin. Impossible de reculer devant ce bon vieux son old-school et unique (qui n'est pourtant pas la qualité principale du thrash en général !) qui résonne encore mieux en live, on prend assurément son pied.

intro - Golden Cashmere Sleeper http://10000visions.cowblog.fr/images/Coroner.jpg
1. Internal Conflitcs
2. Serpent Moves
3. Masked Jackal
4. Still Thinking
5. Metamorphosis
6. Die by My Hand
7. The Lethargic Age
8. Semtex Revolution
9. Gliding Above
10. Divine Step
11. Grin
Encore:
12. The Invicible
13. Reborn Through Hate

Voir les Vidéos du Set


 
 
http://10000visions.cowblog.fr/images/Bong.jpg http://10000visions.cowblog.fr/images/BlackCobraaffiche.jpg

 

http://10000visions.cowblog.fr/images/Bong8.jpg
Unique (?) choix douloureux mais luxueux qui se présentera à moi pour cette journée, à savoir les ragga-droneux illuminés de Bong, et le duo guitare/batterie Black Cobra qui va me botter le cul dans une vingtaine de minutes. Hé oui, je n'aurais que 20 petites minutes pour apprécier le sombre et dépressif psychédélisme des longues expérimentations de Bong. Non seulement d'être celui qui s'est attribué le nom propre du didjeridoo sans pré/suffixes, alors qu'il est émergent parmis tous les groupes qui se sont formés ces derniers temps dans le milieu des ondes psychés (Bongripper, Bongmoth, Belzebong, Space Bong, King Bong ou les cultes Bongzilla... et j'en passe), c'est aussi cinq jeunes chevelus perchés qui ont sorti quelques superbes galettes sur si peu d'années. (Merci Sonerobixxx !) Notamment leur s/t (2009) ou leurs premiers essais sur Bethmoora (2008) qui compte une étonnante reprise de Set the controls for the heart of the sun des Pink Floyd. La quinzaine de minutes est le strict minimum pour installer une ambiance désespérée à base de deux guitares et basse vibrantes et une sitar électrique accompagnées d'une batterie des plus lentes et un chant d'un lama agonisant. Serrés comme des sardines sur la scène de cette Green Room (qui est bien verte en effet), le groupe va gratter 10 minutes de plus sur son set : à peine ils ont règlent leurs amplis, ils commencent déjà à jammer hypnotiquement. Il faut dire que le volume audio était tentaculaire et presque intenable. Moment en tout cas très plaisant malgré son nihilisme triste à en mourir (si ils ne sont pas boudhistes du moins), en espérant les revoir plus longtemps... mais le Roadburn reste l'un des seuls événements adéquats ou plutôt cette mine d'or pour ce genre de groupes secrets.
 
http://10000visions.cowblog.fr/images/Bong9.jpg http://10000visions.cowblog.fr/images/Bong3.jpg
 
http://10000visions.cowblog.fr/images/BlackCobra3.jpg
Encore un grand plaisir avant de laisser ses acouphènes en paix. Black Cobra, est au Sludgecore ce que les Black Keys sont au Blues et Pneu au Math-Rock. C'est le jeune duo incontournable qui défonce tout, formé par Jason Landrian à la guitare et Rafael Martinez à la batterie. Un tel challenge est impressionnant voire épuisant, les deux gars se comprennent complètement et torturent leurs compositions en live en défendant leur nouvel album Invernal (2011) qui dore le fond de la scène. Justement, c'est ce disque presque joué dans son intégralité, ainsi que Chronomega (2009) et une mini-présence d'un Feather and Stone (2007) avec Five Daggers qui vont dominer ce set enflammé. Malheureusement pas de trace de leur premier génial Bestial (2006), mais ce n'est pas ça qui va changer la brutalité de leur prestation. Rafael ne semble pas connaître ni le frisé, le moulin ou quoique ce soit, son truc c'est taper. Les notes sont uniformes, la grosse caisse continue, bref il a un jeu très particulier qui relève du pur bucheron qui martèle le crâne de l'auditeur. De son côté, Jason monte le son de sa gratte pour tout niquer. Le seul bémol comparé à ce que peuvent faire ces maîtres en studio, c'est peut-être le chant qui devient moins fort naturellement en live, jusqu'à être basique. Mais la puissance de leur musique couvre ce problème. Des riffs bestiaux qui tronçonnent le cerveau, un semblant de rythme « normal » qui apparaît en de très rares occasions pour ressembler à un Eyehategod bien lêché, et on note un interlude plus posé nommé Abyss, vraiment excellent. Mike Scheidt et sa copine (Stevie Floyd de Dark Castle!) sont sont à côté et apprécient bien mais Black Cobra achève de la manière la plus barbare des festivaliers burinés, ne tenant plus debout parce qu'ils ont entendu trop de bonne musique quatre jours durant. Et c'est bien ça le meilleur, encore un putain de concert qui termine cette journée parfaite.
http://10000visions.cowblog.fr/images/BlackCobra9.jpg http://10000visions.cowblog.fr/images/BlackCobra.jpg
Setlist (Correcte ?)
1. Avalanche
2. Somnae Tenebrae
3. Chronosphere
4. Five Daggers
5. Corrosion Fields
6. The Crimson Blade
7. Beyond
8. Erebus Dawn
9. Abyss
10. Negative Reversal
11. Obliteration



Sinon l'année prochaine y a ça :
 
 http://10000visions.cowblog.fr/images/ElectricWizardCurator.jpg http://10000visions.cowblog.fr/images/GodlfeshplayingPureinitsentirety.jpg
 
Le Leader d'Electric Wizard qui propose une journée d'orgie de Stoner/Doom à base de de lumières qui grillent le cerveau, de projections vidéos et de séries B diffusées dans un cinéma ? Bon bah va falloir économiser...

Par Business logo designer le Mardi 24 avril 2012 à 13:18
It is an amazing post. Your post is very useful for all of us. It's good to see that still there are people who help others. Thanks for posting.
Par http://www.aubade-piscines.fr le Vendredi 30 janvier 2015 à 9:21
Et tant qu'on est chaud, le clip de L'enfant sauvage qui vient d'être mis en ligne !
Par http://www.location-mer-bretagne.fr le Mercredi 24 juin 2015 à 9:35
Je pense repasser sur ton blog qui est très intéressant.
Par http://www.feesprod.fr le Samedi 15 août 2015 à 4:17
t de 2012 notamment les albums de Gojira, Lamb of God, Gorod, Spawn of Possession, Meshuggah, Soulfly, Tool, Aborted ou encore Electric Wizard Colour Haze, Ancestors et pleins d'autres!
Sur ce, BONNE ANNEE !!
Par http://www.nordest-investigations.fr le Mardi 25 août 2015 à 4:24
Sur ce, BONNE ANNEE !!
Par http://www.basket-comminge.fr le Jeudi 8 octobre 2015 à 8:56
Apres des album très brutaux et assez fermés Cattle Decapitation revient avec un album certes brutal mais s'ouvrant a de nouveaux éléments musicaux voir
Par http://www.ce2008clermont.fr le Jeudi 29 octobre 2015 à 8:53
y était oui en effet c'etait génial ! ils repasseront surement dans les parages d'ici peu.
Par http://www.usbedee.fr le Lundi 14 décembre 2015 à 8:50
Félicitations pour votre nouveau site !
Par http://www.garagedulac59.fr le Vendredi 18 décembre 2015 à 8:20
Le son s'arrête net, Unicorn résonne dans la sono.
Par http://www.usbedeeb.fr le Jeudi 24 décembre 2015 à 2:15
y était oui en effet c'etait génial ! ils repasseront surement dans les parages d'ici peu.
Par http://www.usbedeeb.fr le Mardi 26 janvier 2016 à 7:58
y était oui en effet c'etait génial ! ils repasseront surement dans les parages d'ici peu.
Par http://www.pinsaguelbc.fr le Vendredi 18 mars 2016 à 2:39
Un album bien brutal à la clé, pas très surprenant mais ô qu'il est bien.
Par http://www.usbedeeb.fr le Samedi 2 avril 2016 à 9:26
bouse et du soleil.
Par http://www.cantateo.fr le Vendredi 20 mai 2016 à 3:59
ir. Et puis bonne nuit aussi.
Par http://www.mcc-77.fr le Samedi 4 juin 2016 à 2:50
Revoilà le groupe de death metal/brutal avec un album bien plus groovy mais tout aussi technique.
Par http://www.usbedeeb.fr le Samedi 11 juin 2016 à 9:30
euros et profiter de la bouse et du soleil.
Par http://www.usbedeeb.fr le Vendredi 15 juillet 2016 à 11:16
On taffe a
Par UGG Pas Cher le Mercredi 14 septembre 2016 à 4:34
, BONNE ANNEE !!
Par New Blance Pas Cher le Mercredi 21 septembre 2016 à 9:17
C’était donc assez impressionnant sur les bords.
Par agence location voiture le Mardi 7 janvier 2020 à 9:11
Merci beaucoup pour ce blog plein de bonnes informations.
Par miami yacht le Samedi 25 janvier 2020 à 8:23
Fantastic highlighted details. My spouse and i appreciate it about this. Without a doubt will probably be handy with regard to my personal potential tasks. Want to discover other sorts of articles for a passing fancy subject matter!
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://10000visions.cowblog.fr/trackback/3180339

 

<< Chroniques précédentes | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Chroniques suivantes >>

Créer un podcast